MINISTERE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION CIVILE

Portail Officiel du Ministère de la
Sécurité et de la Protection Civile

DIRECT TV

POLICE ET PREVENTION DE LA CRIMINALITE

mail

A la une
𝗥𝗘𝗚𝗜𝗢𝗡 𝗔𝗗𝗠𝗜𝗡𝗜𝗦𝗧𝗥𝗔𝗧𝗜𝗩𝗘 𝗗𝗘 𝗕𝗢𝗞𝗘́ : 𝗦𝗘𝗝𝗢𝗨𝗥 𝗗𝗘 𝗠𝗢𝗡𝗦𝗜𝗘𝗨𝗥 𝗟𝗘 𝗠𝗜𝗡𝗜𝗦𝗧𝗥𝗘 𝗣𝗢𝗨𝗥 𝗟𝗔 𝗣𝗢𝗦𝗘 𝗗𝗘 𝗟𝗔 𝗣𝗥𝗘𝗠𝗜𝗘̀𝗥𝗘 𝗣𝗜𝗘𝗥𝗥𝗘 𝗗𝗘𝗦 𝗧𝗥𝗔𝗩𝗔𝗨𝗫 𝗗𝗘 𝗖𝗢𝗡𝗦𝗧𝗥𝗨𝗖𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘𝗦 𝗖𝗢𝗠𝗠𝗜𝗦𝗦𝗔𝗥𝗜𝗔𝗧𝗦 𝗖𝗘𝗡𝗧𝗥𝗔𝗨𝗫 𝗗𝗘 𝗕𝗢𝗙𝗙𝗔 𝗘𝗧 𝗙𝗥𝗜𝗔 PROTECTION CIVILE DE FARANAH : LA REMISE OFFICIELLE D’UN CAMION-INCENDIE OFFERT PAR LE MINISTRE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION CIVILE VOEUX DE NOUVEL AN 𝐄𝐍𝐏𝐏𝐂:𝐋𝐀 𝐑𝐄𝐍𝐓𝐑𝐄́𝐄 𝐃𝐄𝐒 𝐄́𝐋𝐄̀𝐕𝐄𝐒 𝐏𝐎𝐋𝐈𝐂𝐈𝐄𝐑𝐒 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐇𝐈𝐄́𝐑𝐀𝐑𝐂𝐇𝐈𝐄 ‘’𝐀’’ 𝐀 𝐋’𝐄́𝐂𝐎𝐋𝐄 𝐍𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍𝐀𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐏𝐎𝐋𝐈𝐂𝐄 𝐄𝐓 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐏𝐑𝐎𝐓𝐄𝐂𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐂𝐈𝐕𝐈𝐋𝐄 𝗟𝗘 𝗠𝗜𝗡𝗜𝗦𝗧𝗥𝗘 𝗕𝗔𝗖𝗛𝗜𝗥 𝗗𝗜𝗔𝗟𝗟𝗢 𝗥𝗘𝗖̧𝗢𝗜𝗧 𝗟𝗘𝗦 𝗩Œ𝗨𝗫 𝗗𝗘𝗦 𝗣𝗢𝗟𝗜𝗖𝗜𝗘̀𝗥𝗘𝗦 𝗗𝗨 𝗠𝗜𝗡𝗜𝗦𝗧𝗘̀𝗥𝗘 𝐀𝐔𝐃𝐈𝐄𝐍𝐂𝐄 : 𝐂𝐎𝐎𝐏𝐄𝐑𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐒𝐄𝐂𝐔𝐑𝐈𝐓𝐀𝐈𝐑𝐄 𝐄𝐍𝐓𝐑𝐄 𝐋𝐄 𝐌𝐀𝐋𝐈 𝐄𝐓 𝐋𝐀 𝐆𝐔𝐈𝐍𝐄𝐄

Analyse : sur les 4 601 patrouilles réalisées au niveau des huit (08) régions administratives du pays, Conakry totalise 2 765 soit 60%. Ce qui met en relief la concentration des activités opérationnelles à Conakry. En conséquence, dans les villes où l’augmentation du taux de criminalité est liée aux activités minières et transfrontalières (Boké 225, Kankan 607, N’zérékoré 268…), méritent d’être renforcées en terme de moyens roulants, équipements, infrastructures, déploiement et redéploiement.

PREVENTION ET LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE URBAINE/ PERI-URBAINE

Le MSPC dans le cadre de la poursuite des activités à travers la Direction Centrale de la Sécurité Publique a procédé au traitement de 4306 infractions en 2021 contre 1379 l’année précédente. (Voir tableau)

- Volume des infractions traitées dans les DRP et services déconcentrés

Durant la période sous examen les 08 régions administratives ont traité et transmis 4306 infractions contre 1379 en 2020 soit une hausse de 212% et le taux le plus élevé en 2021 a été enregistré dans la ville de Conakry avec 1610 environs 37%. La montée en puissance de la criminalité au cours de l’année 2021 est liée au manque de planification et de priorisation des actions à mener dans la lutte contre ce phénomène. La criminalité est également liée à la cristallisation des tensions politique que la Guinée a connu ces 2 dernières années, mais également le chômage endémique des jeunes l’absence des biens et équipements sociaux de base, le trafic de drogue la circulation illicite des armes légères. Pour inverser la tendance, il faut identifier les zones criminogènes, en vue d’y construire des postes de police de proximité ensuite mettre l’accent sur les patrouilles pédestres, motorisées, diurnes et nocturnes.