MINISTERE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION CIVILE

Portail Officiel du Ministère de la
Sécurité et de la Protection Civile

DIRECT TV

POLICE ET PREVENTION DE LA CRIMINALITE

mail

A la une
𝐀𝐔𝐃𝐈𝐄𝐍𝐂𝐄 : 𝐂𝐎𝐎𝐏𝐄𝐑𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐒𝐄𝐂𝐔𝐑𝐈𝐓𝐀𝐈𝐑𝐄 𝐄𝐍𝐓𝐑𝐄 𝐋𝐄 𝐌𝐀𝐋𝐈 𝐄𝐓 𝐋𝐀 𝐆𝐔𝐈𝐍𝐄𝐄 𝐌𝐒𝐏𝐂-𝐒𝐀𝐍𝐓𝐄 : 𝐣𝐨𝐮𝐫𝐧𝐞́𝐞 𝐌𝐨𝐧𝐝𝐢𝐚𝐥𝐞 𝐝𝐮 𝐃𝐢𝐚𝐛𝐞̀𝐭𝐞 𝐅𝐎𝐑𝐌𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐂𝐀𝐏𝐀𝐂𝐈𝐓𝐄𝐒 𝐏𝐎𝐋𝐈𝐂𝐈𝐄𝐑𝐄𝐒 𝐃’𝐈𝐍𝐓𝐄𝐑𝐏𝐎𝐋 𝐄𝐍 𝐑𝐄𝐋𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐀𝐕𝐄𝐂 𝐋𝐀 𝐃𝐈𝐑𝐄𝐂𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐆𝐄𝐍𝐄𝐑𝐀𝐋𝐄 𝐋’𝐎𝐅𝐅𝐈𝐂𝐄 𝐃𝐄 𝐏𝐑𝐎𝐓𝐄𝐂𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐔 𝐆𝐄𝐍𝐑𝐄, 𝐃𝐄 𝐋’𝐄𝐍𝐅𝐀𝐍𝐂𝐄 𝐄𝐓 𝐃𝐄𝐒 𝐌Œ𝐔𝐑𝐒 “𝐎𝐏𝐑𝐎𝐆𝐄𝐌”. 𝐅𝐎𝐑𝐌𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐃𝐄 𝟒𝟖 𝐒𝐓𝐀𝐆𝐈𝐀𝐈𝐑𝐄𝐒 𝐃𝐄 𝐋𝐀 𝐏𝐑𝐎𝐓𝐄𝐂𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐂𝐈𝐕𝐈𝐋𝐄 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐓𝐄𝐂𝐇𝐍𝐈𝐐𝐔𝐄𝐒 𝐃𝐄 𝐒𝐀𝐔𝐕𝐄𝐓𝐀𝐆𝐄, 𝐃𝐄 𝐃𝐄𝐁𝐋𝐀𝐈𝐄𝐌𝐄𝐍𝐓 𝐄𝐓 𝐋𝐄𝐒 𝐑𝐈𝐒𝐐𝐔𝐄𝐒 𝐂𝐇𝐈𝐌𝐈𝐐𝐔𝐄𝐒 𝐄𝐓 𝐁𝐈𝐎𝐋𝐎𝐆𝐈𝐐𝐔𝐄𝐒 𝐀 𝐋’E𝐂𝐎𝐋𝐄 𝐍𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍𝐀𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐏𝐎𝐋𝐈𝐂𝐄 𝐄𝐓 𝐃𝐄 𝐏𝐑𝐎𝐓𝐄𝐂𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐂𝐈𝐕𝐈𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐊𝐀𝐆𝐁𝐄𝐋𝐄𝐍 𝐋𝐀 𝐕𝐈𝐒𝐈𝐓𝐄 𝐃𝐔 𝐍𝐎𝐔𝐕𝐄𝐋 𝐀𝐌𝐁𝐀𝐒𝐒𝐀𝐃𝐄𝐔𝐑 𝐃𝐄𝐒 𝐄𝐓𝐀𝐓𝐒-𝐔𝐍𝐈𝐒 𝐒𝐔𝐑 𝐋𝐄𝐒 𝐒𝐈𝐓𝐄𝐒 𝐃𝐄𝐒 𝐄𝐂𝐎𝐋𝐄𝐒 𝐍𝐀𝐓𝐈𝐎𝐍𝐀𝐋𝐄𝐒 𝐃𝐄 𝐏𝐎𝐋𝐈𝐂𝐄 𝐄𝐓 𝐃𝐄 𝐏𝐑𝐎𝐓𝐄𝐂𝐓𝐈𝐎𝐍 𝐂𝐈𝐕𝐈𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐊𝐀𝐅𝐈𝐋𝐈𝐘𝐀 𝐄𝐓 𝐃𝐄 𝐊𝐀𝐆𝐁𝐄𝐋𝐄𝐍 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐞𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐒é𝐜𝐮𝐫𝐢𝐭𝐞 𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐏𝐫𝐨𝐭𝐞𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐂𝐢𝐯𝐢𝐥𝐞: 𝐀𝐮𝐝𝐢𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐝𝐞 𝐌𝐨𝐧𝐬𝐢𝐞𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐚𝐯𝐞𝐜 𝐋𝐢𝐨𝐧𝐬 𝐂𝐥𝐮𝐛𝐬 𝐈𝐧𝐭𝐞𝐫𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥 𝐆𝐮𝐢né𝐞

Conakry : viols sur mineure, enlèvement d’enfants, cybercriminalité, l’OPROGEM réussi son coup de filet

L’Office de la Protection du Genre, de l’Enfance et des Mœurs (OPROGEM) a présenté mardi 02 novembre aux journalistes une série de cas enregistrée ces dernières semaines par l’organe. Il s’agit d’enlèvement d’enfant, de viol sur mineure et de cyber criminalité. Les individus accusés de ces faits ont été tous mis aux arrêts. Le premier concerné, est une jeune fille du nom de Aicha Camara, âgée de 15 ans venue de siguiri qui a intercepté à Lansanaya Barrage l’enfant d’un citoyen âgée de trois ans. La fillette a fait huit jours avec elle.  » L’enfant dans un premier temps nous a été confiée par le tribunal pour enfants dans le cadre de l’hospitalité. Deux jours après, les parents sont venus dans notre service pour déclarer la disparition de leur fillette âgée de trois ans. C’est suite à cette approche que nous avons liés les cas et avions constaté qu’il s’agit de cette fillette. Le tribunal pour enfant aussitôt informé, le président nous a instruit d’ouvrir une enquête préliminaire. Elle a reconnu les faits, et déterminé son mode opératoire » a expliqué le Commissaire de police Henri FAC. Aicha CAMARA, n’a donc pas nié les faits. Elle reconnaît avoir enlevé l’enfant, mais par amour : « J’ai pris cet enfant à la rentrée d’une cours puis, je l’ai gardée avec moi. Quelques jours après, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas la garder, par faute de moyens pour la nourrir. C’est ainsi que je me suis rendue au commissariat pour la déclarer perdue. Mais la situation est devenue compliquée devant les officiers, et je ne suis pas parvenue à m’en sortir. C’est par amour que j’ai enlevé cet enfant. Elle n’a été victime d’aucune violence de ma part » a-t-elle plaidé sa cause. Le second cas est la cybercriminalité, atteinte à l’image et aux mœurs. « Mohamed canadien Condé », « Ibrahima Camara » et « Star Boy Fodé », sont les trois noms qu’utilisait sur les réseaux sociaux le présumé auteur, du nom de Fodé Mohamed Camara, à l’état civil. Pas besoin de rédiger les explications du Commissaire Henri Fac, Fodé Mohamed Camara a non seulement reconnu les faits, mais s’est évertué à nous expliquer le procédé de son opération.  » Sur facebook j’ai trois comptes. Le premier « Mohamed canadien Condé », « Ibrahima Camara » et Star Boy Fodé ». Au début, j’envoyais les invitations à travers une photo de profil d’une star congolais. Les filles alors me trouvaient très beau. L’idée m’est donc venue de créer plusieurs comptes pour m’amuser avec les filles. Et donc, après quelques temps d’échanges, je propose le mariage à la fille. Mais à condition que celle-ci accepte, selon notre coutume, d’avoir des relations intimes avec le petit frère d’abord, qui n’était autre que encore moi. J’ai des propos de plusieurs filles dans mon téléphone, comme le dit le Commissaire, mais, je n’ai eu des relations intimes qu’avec trois d’entre elles. » Quant au dernier cas, c’est une mineure de 7 ans qui a été victime de viol et dont le présumé auteur a nié en bloc les actes qui lui sont reprochés. Selon le constat de la médecine légale il s’agit d’un attouchement récent. Le Commissaire Henri Fac est revenu sur les faits rapportés par le père de la victime :  » Sa fille a été interceptée par son violeur alors qu’elle était de passage. C’est une fois à la maison, qu’il a remarqué que sa fille saignait. Cette fille après les explications a dit à son père qu’elle ne connait pas le jeune, mais serait à mesure de le reconnaitre. Accompagné par son géniteur auprès d’un certain groupe de jeunes, la petite a indexé un d’entre eux. »MSPC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *